Quels sont les différents types de BMX ?

Apparut à la fin des années 60 en Californie aux Etats-Unis, le BMX est un fameux sport extrême qui comporte de nos jours plusieurs disciplines dans les compétitions internationales. Mais quelles sont-elles ? Nous allons développer dans notre article quelques-unes d’entre elles comme la race, le freestyle ou le flat.

La race

Cette suite de course constitue l’essence même du BMX. En effet, le BMX a été conçu par les jeunes qui n’ont pas eu les moyens de se payer motocross et qui ont décidé de transformer leur vélo pour pratiquer ce sport. Dans une race, la piste mesure environ 270 à 400 m. Elle est jonchée d’obstacles comme les bosses doubles ou encore les tables que les pilotes doivent en très peu de temps. Les compétiteurs (appelés « pilotes ») au nombre de huit se mettent en place sur la grille de départ et sprintent pour un tour. Les 4 premiers accèdent à la prochaine manche suivante et ainsi de suite jusqu’en finale. Accélération, technique, tactiques, vélocité et endurance forment les qualités essentielles que doivent disposer les pilotes pour gagner. Le BMX racing est utilisée par les pilotes pour les compétitions.

Le freestyle et le flat

Un « freestyler » manœuvre son BMX pour faire des figures. À la différence du BMX race qui est géré par la FFC en France, le BMX freestyle se présente comme une discipline libre non affiliée à une fédération. Dans l’hexagone, durant une épreuve, les « riders » sont notés sur les figures exécutées et leurs niveaux de difficultés mais également sur l’originalité et le style. Le flat ,quant à lui, voit le jour au tout début des années 80. Dans le flat, les enchaînements de figures se réalisent sans exception en équilibre sur au moins une roue sur un grand terrain plat.

La rampe et le street

La rampe ou la Vert’consiste à réaliser des figures sur des half-pipe (demi-tubes) en forme de U. mesurant 3 m 10 à 3 m 90 en hauteur. Les rayons de courbes diffèrent les uns des autres augmentant ou réduisant la difficulté. Les pilotes exécutent les figures aériennes des plus spectaculaires. Le Street apparaît subséquemment au Dirt. Le mobilier urbain, la rue, les escaliers et leurs rambardes constitute le support des figures. Toutes les figures sont permises, aucune contrainte est établie. L’équipement du pratiquant se constituent des protections traditionnelles. Le BMX freestyle est mis au point pour les différentes disciplines réalisant des figures.